Aller à…
RSS Feed

Les Métamorphoses de l’Amour

Spectacle de contes
Odile Burley
A partir de 10 ans ( durée 1h )

A partir de contes traditionnels, je crée mes versions qui sont fortes en images et qui mêlent ma ma formation à l’art de conter avec mes expériences de clown. Raconter avec quelques fois (si le conte me le permet) un regard décalée sur l’histoire mais toujours dans le respect de ce que dit l’histoire. Avec toujours une obsession : que le public traverse l’histoire avec moi.

Un crapaud qui tousse. Une belle qui court après le cœur égaré de son prince, Un homme qui devient femme le temps d’un battement de paupière, Un roi qui ne comprend rien à l’amour. Pourquoi est-ce si difficile l’amour et combien de métamorphoses faut-il pour toucher à la vérité ?

La presse en parle :

Une conteuse de très haut niveau sera tout bientôt à Bruxelles. Influencée par des formateurs tels que Hamadi, puis Gougaud, Odile Burley s’approprie, s’octroie, s’invente les registres les plus variés des arts du récit, des imaginaires du conte, avec démesure et belles outrances. Jubilatoire ! Patrick Bésure

Odile Burley au Polaris à Corbas. Seule sur l’immense scène, avec seulement ses mots, son corps et ses mimiques, on est captif de ses yeux, de sa bouche, on la suit jusqu’au bout de ses doigts, jusqu’au bout de ses contes. On est assis aux côtés de dieu créant l’herbe – verte ! – on sent monter en lui le désespoir de la solitude, on tremble devant l’horrible démon aux narines « comme des éviers », on s’envole sur les ailes noires des corbeaux innombrables, on chevauche le cheval à la robe de diamants, en nous bat le cœur du Prince Crapaud. (La petite chronique de Mo)

« Sous le titre « les Métamorphoses de l’Amour », la conteuse Odile Burley a fait surgie des personnages entre réalité et imaginaire. Comédienne et conteuse, elle a joué admirablement sur les oppositions des partenaires à se chercher, se détester : un crapaud qui tousse pour obtenir la main de sa belle, une princesse qui court après le cœur égaré de de celui qu’elle aime… Devant ces expressions gestuelles et orales, les rires éclatent. Un tour de magie dû au talent de l’artiste »
La Tribune Aubenas