Aller à…
RSS Feed

L’Odyssée

Ulysse

Odile Burley et Lily Lambrelli

A partir de 12 ans ( durée 1h10 )

 

 

Accompagnement à l’écriture Hamadi

Mise en espace : Christine Andrien

C’est le récit d’un voyage depuis son départ jusqu’à son arrivée pour retrouver ce qui a été et trouver ce que l’on est. L’histoire d’une vie.

C’est une rencontre autour de l’odyssée : l’exil, l’abandon, l’absence, l’oubli (de soi et des autres), la force des origines, l’exhortation des qualités de ruses, de persévérances et de lutte.

Sur une proposition du conteur Hamadi , nous avons voulu raconter l’Odyssée comme un conte. Nous en avons fait un récit linéaire pour que le spectacteur suivent au plus près le cheminement du personnage. Le long retour du héros à lui-même. Nous revendiquons cette simplicité du récit qui fait résonnance avec notre propre chemin de vie. Il y a toujours un départ, un long chemin et une arrivée ou un retour vers qui nous sommes. Cette recherche là est celle du héros mais aussi la nôtre.

Un conte à deux voix, grecque et française. Deux voix qui se répondent, se mêlent. Le texte français permet de suivre complètement l’histoire,  pour que quand arrive le texte en grec, le spectateur puissent se laisser aller à entendre les très belles sonorités de la langue grecque. Il en comprend le sens et c’est comme une révélation. Nous avons souvent ce retour de spectateurs : « C’est comme si nous comprenions le grec! » Les deux langues s’éclairent l’une et l’autre et donne au récit une profondeur particulière.

Pendant une heure dix nous ne développons bien sûr pas tous les épisodes de l’Odyssée, seulement certains. Mais l’histoire est retraversée complètement et mène l’auditeur vers une envie qui nous réjouis. «  Je croyais connaître l’histoire mais j’avais oublié tant de choses ! Je vais la lire…Cette histoire ! Comme elle nous touche !

« Le vrai courage, c’est au dedans de soi, de ne pas céder, ne pas plier, ne pas renoncer. Etre le grain de sable que les plus lourds engins, écrasant tout sur leur passage, ne réussissent pas à briser. » J.P Vernant.

 

 

 

 

 

La presse en parle :

« Le public suit avec passion, et dans le silence le plus complet, le « double » monologue interprété par ces deux conteuses.

Il y a un enchaînement  formidable d’une langue à l’autre, de la langue française  à la langue grecque.

Un propos commence en français et est  repris immédiatement  en grecque, ou le contraire.

Elles sont superbes ces deux femmes-là, que l’on aimerait retrouver sur l’une de nos scènes dans une pièce. Qui sait,  peut-être !

Elles sont très expressives dans leurs regards, très vivantes et percutantes  dans leurs façons de faire vivre l’histoire.

Les personnages sont très bien croqués, dessinés.

Du bel ouvrage sur un projet difficile au départ, mais réalisé magnifiquement et très intelligemment.  Nous avons tous été séduits  et silencieux pendant  un peu plus d’une heure de spectacle. »

Roger Simons

Pour consulter le dossier artistique (pdf), cliquez ici -> Dossier Artistique

Crédit photo :  Pierre Dolzani